Interview de Jean-Claude Breton

 Jean-Claude Breton, qui a réalisé les photographies de l’exposition I love Mumbai, a commencé à voyager régulièrement en Inde dès 1978, avant d’être en poste pendant près de dix ans à Delhi et Bombay comme représentant général d’un grand groupe industriel français.

A son retour, une fois en  retraite, il a créé AADI  (Alliance Armor Dupleix Inde) dont les objectifs sont de promouvoir des relations entre la Bretagne (et la France) et l’Inde au niveau culturel, éducatif et économique, avec notamment des échanges scolaires et universitaires et des formations sur l’Inde en entreprise. L’association organise chaque année le festival Armor India.

 

Dans quel contexte ces photos ont-elles été prises ?

J’ai découvert ces fresques sur un mur longeant une voie ferrée du sud de Bombay par hasard, fin 2009. Elles avaient été réalisées pour la commémoration des attentats de Bombay (26-29 novembre 2008). Il semblerait qu’elles aient été réalisées par des collégiens à la demande de deux organisations non gouvernementales de Bombay, afin de témoigner de leurs sentiments. Aujourd’hui seules trois ou quatre d’entre elles seulement, sur une trentaine, restent reconnaissables.

 

Les attentats de novembre 2015, tout particulièrement, font écho aux attentats de Bombay en 2008. Quel regard les Indiens portent-ils sur les attentats en France ?

Les indiens ont très largement exprimé leur solidarité, tant dans des rassemblements et manifestations de soutien, que dans les medias.

Mais ils ont aussi fait remarquer que les attentats de Bombay 2008  ( 172 morts) n’avaient pas eu à en France le même traitement à l’époque, et surtout qu’aujourd’hui on ne faisait pas le parallèle entre les deux tragédies qui avaient pourtant obéi au même processus opératoire : un commando indien formé à l’étranger et coordonné de l’extérieur,  des cibles emblématiques. Les attentats étaient destinés à frapper Bombay, capitale économique et cosmopolite de l’Inde, et sa culture occidentalisée.

C’était la première fois que ce scénario était mis en place, par rapport aux « habituels » colis ou voitures piégés.

 

Quelle place, selon vous, ont ces fresques, dans le street art ?

En-dehors des messages de paix et de tolérance, elles ont pour beaucoup d’entre elles une inventivité, une spontanéité  et un art de l’interpellation , voire parfois un sens esthétique, qu’on retrouve bien dans le street art.

 

Que pensez-vous que puisse apporter l’exposition I Love Bombay aux différents publics ?

I love Bombay ( ou Mumbai) était déjà en germe le Je suis Charlie, dans un pays qui à son échelle a d’énormes problèmes communautaires et cherche tant bien que mal à les résoudre ou les gérer au mieux de manière démocratique.

 

Quel avenir envisagez-vous pour cette exposition ?

Après la présentation initiale à Morlaix ( mai-juin 2015) puis Lorient ( Université Bretagne sud, novembre-décembre 2015) et Toulouse, Strasbourg, le Nehru Center de Londres,  et l’UNESCO à Paris sont intéressés.

L’objectif ultime est de la monter à Bombay en 2018, à l’occasion du 10ème anniversaire des attentats de Bombay.Des contacts sont déjà pris avec le gouvernement local, l’ambassade de France et le groupe Tata.

 

  • Informations & contact pour le festival Armor India :

www.aadi-mx.org

www.facebook.com/armorindia

https://www.youtube.com/user/armorindiafestival

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s